7
septembre
2020

Rentrée de septembre 2020 aux ateliers de La MAIN FRANCHE

Voici les propositions pour la rentrée du 15 septembre 2020.

Propositions susceptibles d’être aménagées en fonction de la fréquentation et des réglementations en vigueur à la rentrée scolaire ainsi que, bien sûr suivant les goûts et envies des pratiquants.

Les matins

chez moi – 9, rue Henri Lemaitre

des petits groupes vu les dimensions de la pièce. Si nécessaire, nous ouvrirons le mardi 12.15h et pourquoi pas le jeudi 10h.

mardi 11h               Qi Gong sur le thèmes des éléments eau, air, feu, terre et éther

jeudi 11h                  Qi Gong – santé vertébrale, mobilité, souplesse et robustesse – le animaux

au centre sportif universitaire 10, rue Godefroid

mercredi 10h          Qi Gong – couché/debout/couché – se détendre et apprivoiser le sol pour se redresser en douceur et

diminuer l’appréhension de la chute.

mercredi 11h            Taichichuan – les fondamentaux base 13 et 13 de base

En soirée

9, rue Henri Lemaitre

jeudi 18h                    taichi chuan – 13 de base

jeudi 19h                    taichichuan – 1ère partie de la forme longue

IATA – Namur – rue de la montagne 

le local sera disponible à partir d’octobre. En attendant nous commencerons 9, rue Henri Lemaitre et/ou en plein air quand le temps nous sera favorable.

mardi 18.30h            taichichuan – 1ère partie de la longue forme

mardi 19.30h             taichichuan –  la longue forme

26
mars
2020

video des taichi apéro de mars 2020

Bonjour à tous lezamis qui m’accompagnent au taichi apéro du lundi au vendredi de 11.30 à 11.45…y pico, car la matière s’étoffe.
à ceux qui débarquent, ne vous découragez pas! Demain vendredi on reprend la synthèse de la semaine et on fera un petit pas de plus pour concrétiser – le corps, le souffle et l’esprit du taichi/chiGong tel que je le comprends et désire le partager après 30 ans de pratique enthousiaste.
Je rassemble tous les liens sur le site www.taichichuan.be
MERCI
à demain, vos commentaires me sont précieux.

1ère semaine des taichi à Perot, on pose les fondations – on se familiarise.

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1802130513256643/

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1803178149818546/

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1804238576379170/

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1805343826268645/

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1806429529493408/

2ème semaine des Taichi à Perot

On va gentiment vers l’essentiel – le rituel.

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1809475955855432/ lundi 30 mars

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1810509525752075/mardi

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1811508028985558/mercredi

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1812540262215668/ jeudi

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1813502798786081/ vendredi

 

3ème semaine – Maintenant qu’on comme à bien sentir la proposition du corps Taichi, on va aller un peu plus en détail dans la dynamique des animaux la plongée de la Tortue d’eau,  le bon du Tigre, les hanches du piéton, le torse de l’ours, la reptation du lézard, les ailes des zoziaux.

On fortifiera les jambes et libérera les pieds

On précisera la respiration contrariée dans la dynamique hypotensive et le souffle de la choresophie.

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1816392795163748/ lundi 06

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1817333071736387/ mardi 07

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1818248648311496/ mercredi 8

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1819186984884329/ jeudi 9

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1820145971455097/ vendredi 10

 

4ème semaine – On continue sur nos acquis en les questionnant selon différentes modalités – gestes, pas, souffle

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1823115737824787/

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1824089304394097/ mardi 14

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1825100530959641/ mercredi 15 avril

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1826117737524587/UzpfSTEwMDAwMzc5MTM0MzA3OToxODI2MTQxNzEwODU1NTIz/ jeudi 16 avril

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1827185614084466/ vendredi 17 avril

 

Commençons notre 2èmois

Une formule allongée que je vois plus comme un entrainement partagé – Nous repasserons par les mêmes exercices mais en les vivant plus en profondeur.

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1830238300445864/ lundi 20 avril

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1831166497019711/ mardi 21

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1832145070255187/ mercredi 22

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1833168236819537/ jeudi 23 avril

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1834232060046488/ vendredi 24

les entrainements partagés 2è semaine

rotations, torsions et spirales – l’espace circulaire

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1837186316417729/ lundi 27 avril

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1838150889654605/ mardi 28

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1839144349555259/ mercredi 29

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1840134619456232/ jeudi 30 avril

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1841125569357137/ vendredi 1er mai

3è semaine de nos entrainements partagés. Cette semaine nous invitons l’esprit danzaduende avec la devise « vis ta danse et danse ta vie » Je vous proposerai un QiGong sur le thème des 4éléments pointés et…vendredi, Yumma puis samedi Victoria Ivanova…

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1844190989050595/ lundi 4 mai

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1845238292279198/ mardi 5

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1846224998847194/ mercredi 6

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1847226612080366/jeudi 7

https://www.facebook.com/yumma.mudra/videos/10223009736654197/UzpfSTEwMDAwMzc5MTM0MzA3OToxODQ4MjY4NDA4NjQyODUz/ vendredi 8

https://www.facebook.com/victoria.ivanovadancer.5/videos/608663616389733/UzpfSTEwMDAwMzc5MTM0MzA3OToxODQ5MjkxNjQxODczODYz/ samedi 9 Victoria

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1851346041668423/ lundi 11

https://www.facebook.com/carolina.m.fonseca.1/videos/10157516159542799/UzpfSTEwMDAwMzc5MTM0MzA3OToxODUyMjczNjk0OTA4OTkx/ mardi 12 mai

 

https://www.youtube.com/watch?v=4UzyljK8Ryk&feature=share&fbclid=IwAR3dZmOpM4FX7lrtfkfziFpgdDTnDDQYJPCBW_PwP1UqMwG_nLP7FYU9LMU mercredi 13 mai

https://www.facebook.com/jeanluc.perot.3/videos/1854193874716973/jeudi 14

 

 

 

 

 

17
février
2020

la géométrie de la présence

L’ESPACE, ressource infinie.

 

Entrer dans la géométrie de la présence

L’esprit TaiJi s’incarne chair et os dans la posture. La présence n’est donc jamais isolée de l’espace.

L’espace est partout, autour, dedans, au plus loin comme au plus intime; l’espace c’est 99,9% et la matière c’est 0,01%.

C’est dire qu’on a de la place. Il s’agit de l’occuper en conscience.

La posture se vit en volume 3D, elle s’organise selon une géométrie où elle prend sa mesure.

Debout, sur l’axe vertical, elle s’inspire du modèle symbolique  Ciel/Homme/Terre et, plus sobrement de cette tension de redressement entre l’attraction terrestre qui nous colle à la terre et un tropisme solaire qui nous attire tel le végétal qui pousse et pointe vers la lumière.

Ainsi se construit un axe virtuel  autour duquel s’érige la stature.

Puissance de l’imaginaire, cet axe nous suit partout sur la boule Terre.

“Que ta mesure ne soit pas une démesure “

Pieds joints, ce rayon solaire médian entré par le sommet du crâne accorde l’alignement vertébral postérieur avec la ligne nez, sternum, nombril; traversant le périnée, il se poursuit dans la terre en passant juste entre les pieds.

De part et d’autre de cette référence, s’équilibre le rapport gauche/droite de telle sorte que suivant l’écart des pieds le fil à plomb tombe toujours au milieu.

Ainsi, les pieds sont toujours sous le corps et le corps centré au-dessus des pieds; partout où je vais, ils sont là, sous moi.

 

Le développement d’une stature stable invite à écouter ce rapport gauche/droite précisant des plans d’équilibre horizontal qui s’échelonnent de la tête aux pieds pour ajuster le port de tête (plan vestibien des canaux semi-circulaires de l’oreille interne), la carrure épaules (épaules basses), l’assiette des hanches, la ligne des genoux et des chevilles pour retrouver le plat du sol. 

Sur un sol inégal, il s’agira de rectifier la pose mais comme de toutes façons  nous sommes tous un peu gauchis, tordus et boîteux la correction posturale est toujours de mise.

Une lecture sagittale entre face et dos suggère que la façade postérieure offre un appui, un dossier  invitant la façade antérieure à se détendre, à s’effacer.

L’ensemble a de l’allure, une tenue qui résiste aux fatigues et aux charges qui nous avachissent, une présence attentive qui dégage tous nos capteurs sensoriels et invite à la conscience du souffle.

Le souffle fait le lien entre l’espace extérieur et l’espace intérieur

Il vient gonfler ce volume à l’inspiration et lui donne à se détendre sur l’expiration.

Le registre du souffle arrondit les angles, on a conscience d’une bulle qui s’expanse et revient et cette conscience n’a de limite que celle de notre point de vue, de notre capacité à nous penser au centre d’un volume allant de la peau aux étoiles. On se prend comme centre et dans cet aller-retour on peut respirer avec la nature, avec la cosmos, avec l’univers.

Le souffle ne se limite plus à la respiration aérienne, la peau devient un interface diffus et poreux entre nous et le monde. On se charge et se libère, on reçoit et donne, on capte et on émet. L’information circule, l’espace nous informe et nous forme.

Arrête de te penser tout petit !

7
octobre
2019

taichichuan, à quoi bon ?

 Du Taichichuan, à quoi bon ? 

« C’est bon pour la santé » .

Détente, souplesse, écoute, disponibilité, robustesse, vulnérabilité acceptée, concentration, méditation  …

Du mieux-être, du bien-être et du plaisir. Mais encore ?

Il me semble que l’on pourrait rassembler l’ensemble des effets sous le thème de l’adaptabilité.

S’éduquer à reconnaître et accepter le changement en évitant la résistance crispée à une croyance supersticieuse devant l’étrange, l’inconnu qui dérange ou l’adverse qui menace. 

Habiter le corps permet de mieux se connaître.                                                                                                                                            Partir de soi, reconnaître et assumer ses faiblesses et ses forces, cela fait déjà une bonne part d’inconnu en moins face à l’inattendu d’une situation. Cette disponibilité permet un STOP, un écart salutaire évitant de se laisser mener par la réaction émotionnelle immédiate.

On ne refuse pas l’émotion, on n’essaye pas de la faire taire ou de la nier mais on constate ce qu’elle mobilise en nous pour mieux suivre, tempérer ou modifier sa réaction.                                                                                                                                         Paradoxalement l’entraînement à l’écoute de soi permet de s’oublier au profit d’une vigilance à tournée vers la situation alentour et à une vision claire des forces en présence, des risques et des possibilités. 

L’ancrage dans le souffle permet de gérer la réaction de survie qui nous ferait spontanément fuir, impressionner  ou s’inhiber. Ancrer le souffle dans le bassin et les reins donne un appui solide pour encaisser, éviter ou recycler les énergies qu’on dira contraires, comme on parle de vents contraires.

Robustesse et vulnérabilité reconnues accroissent nos possibilités d’adaptation à l’ensemble des forces en jeu.                              La robustesse, pour supporter la mise en tension globale de la situation  et la vulnérabilité, pour ne pas se priver de sentir et ressentir  par excès de précaution et de protection.

Rester disponible pour choisir ce que l’on accepte, transforme, évite ou refuse de la situation. Choisir et Agir  tout en se chargeant de moins en moins de regrets ou remords, de culpabilité ou de triomphalisme compensatoire.

L’adaptabilité comme un savoir-vivre et un savoir-faire.

On pourrait parler d’élasticité et de résilience, de tenségrité et donc d’équilibre global, dynamique et harmonieux de l’ensemble des forces de  tension et de détente.

7
septembre
2019

à la rentrée de septembre 2019

DEBUTER ?

Vous avez envie de commencer ? Toutes les séances vous sont ouvertes.

Il suffit d’essayer, d’en parler puis de choisir ce qui vous convient .

Tenue confortable, pieds nus ou sandales sans talon.

Rentrée le 17 septembre 2019.

Au 9, rue Henri Lemaitre à 5000 Namur.

Petit groupe de 10 personnes

mardi 11h – Qi Gong – santé vertébrale – jeu des animaux et posture, stature, allure

jeudi 11h – symbolisme des 4 éléments centrés -Eau – feu – Terre – Air

Au Centre sportif FUNDP 10, rue Godefroid à 5000 Namur.

MERCREDI – la forme courte

10h – QiGong – couché / debout – relaxation eu sol puis, se mettre à pied d’oeuvre – conquête de l’espace.  Apprivoiser le sol,  sentir ses appuis, chercher la détente pour se mettre debout et se déplacer – prévenir et moins appréhender la chute.

11h – Taichi Chuan – base 13 et 13 de base – Principes et outils pour une pratique bénéfique de la forme courte.

 

À l’IATA, 43a rue de la montagne à 5000 – Namur.

MARDI – La longue forme

19h – taichi Chuan – Base 13 et 1ère section – débutants et débrouillés

20h – Taichi Chuan – 3è section  pas à pas et filage de la 2ème section

JEUDI

18h – Taichi/ QI Gong, mise en place et filage de la forme courte  13 de base

19h – Taichi Chuan –  1ère section pas à pas

20h – Taichi Chuan – 2ème section pas à pas

 

 

4
juillet
2018

à la rentrée du 18 septembre 2018

Vous avez envie de commencer ? 

Toutes les séances vous sont ouvertes. Il suffit d’essayer, d’en parler puis de choisir ce qui vous convient.

Horaire – lieux

A.  16, avenue reine Astrid à Namur – centre FUNDP

MARDI

10h       assise tranquille et souffle dynamique

11h         Taichichuan – 13 de base – niveau intermédiaire

MERCREDI

18.30h   Taichichuan – 1er duan forme longue

19.30h    Taichichuan – forme longue 3è et 2è dans

JEUDI

10.30h      Taichi/chiCong – thèmes extraits des formes – puis 13 de base et 1er duan

19h            Taichichuan – 13 de base niveau fondamental.

 

B. centre FUNDP  10, rue Godefroid à Namur

MERCREDI

10h       ChiGong – couché/debout – conquête de l’espace – souffle dynamique

11H       Taichichuan – 13 de base – niveau fondamental

 

9
février
2018

le corps organique

2ème moment dans la lecture du corps Taichi en 4 temps.
https://doodle.com/poll/ms2s4gksim87ea9d pour vous inscrire aux ateliers.

Le corps Organique

Le tout prend le pas sur les parties.

Toutes les parties du corps, toutes les pièces de la machine, tous les éléments de cet ensemble complexe entrent dans un fonctionnement intégré.
Les détails anatomiques s’estompent au profit d’un fonctionnement global. Respiration et circulation inscrivent dans l’ensemble du corps des centres moteurs et des lignes de force.
L’intérieur devient le milieu où s’organisent ces forces, on y sent des circulations, des courants, des membranes, parois ou enveloppes.
On convoquera
L’air et la pompe du diaphragme pour la ventilation
le sang, le coeur et les muscles pour la circulation rythmée des liquides,
La respiration et les connexions nerveuses pour les échanges cellulaires
et l’information circulante.
De l’intimité cellulaire à l’environnement extérieur, tout est interconnecté.
La connexion interne de l’organisme va de la matrice nucléaire connectée au milieu cellulaire lui-même baigné dans la matrice conjonctive extra-cellulaire qui se prolonge dans tout le tissu conjonctif. Il y a un milieu extérieur, une enveloppe externe/interne perméable et un milieu intérieur en équilibre; un détail modifié n’importe où résonne sur l’ensemble en équilibre dynamique; c’est un réseau continu vivant.

L’élasticité globale se traduit en terme de ressort qui pourra se comprimer ou s’étirer pour restituer la force engrangée.

Les mouvements naissent plus clairement de l’appui au sol, du centre moteur pelvien et de l’axe. Le muscle est sollicité davantage en allongement excentrique et moins en raccourcissement concentrique.

L’EAU
sera l’élément marquant de cette sensibilité. L’eau qui coule et s’écoule, remplit les creux, contourne les bosses. La vague inspirera le mouvement qui se propage à partir du centre et du sol ; le corps se fera récipient et les contenus liquides se transvasent d’un appui dans l’autre. L’espace se fera piscine et l’on intégrera la portance et la résistance du milieu.

Le Solo

se développe à partir de sensations internes, se charge et se décharge dans le cycle des inspirations/expirations.
Les mouvements prennent du corps, illustrations et applications viennent ajouter du sens.

Le QIGong se fait plus méditatif.

Une compréhension cellulaire du corps aide à absorber le pur, le profitable dans l’inspiration, à laisser s’activer les processus physiologiques d’assimilation pendant l’installation du souffle et puis à évacuer l’impur, les déchets métaboliques et plus globalement tout ce qui nous encombre et nous empoisonne sur l’expiration. TuNa
L’exercice mettra en jeu la pompe diaphragmatique dans l’activation rythmique du souffle selon la proposition chorésophique de Raji et Yumma.
La dynamique corps visible/corps invisible soulignera la mobilisation des centres moteurs pour activer la périphérie des membres de la colonne vertébrale jusqu’au bout des doigts.

Le duo/duel s’ouvre à la rencontre de la complémentarité et à la réciprocité.

L’autre ne fait plus obstacle mais partenaire de l’apprentissage dans l’approfondissement des principes. La main et l’œil lisent le corps dans sa cohérence, son alignement et sa détente pour déceler la faille, l’insuffisance ou l’excès à corriger. Les exercices de systématisation clarifient les 8 principes de base. Peng Lu An Ji Cai Lie Zhou Kao.
12
janvier
2018

TaiJi-QiGong – Les 4 temps du corps

 

Je vous propose de revisiter la pratique TaiJi – QiGong en 4 ateliers qui se donneront à Namur

au 16, avenue reine Astrid de 14 à 18.30h

les dimanches 21 janvier – corps mécanique ; 18 février – corps organique ; 18 mars – corps énergétique et 29avril – corps philosophique .

Voici le premier texte  pour l’atelier du 21 janvier 2018 et la liste des inscriptions https://doodle.com/poll/ms2s4gksim87ea9d

 

QI GONG

Savourer la beauté du geste bien fait et bon pour tous.

Organiser la progression

Dans la variété des pratiques QiGong,  je repère 4 régimes de l’activité et je parle du corps en tant que celui-ci est au départ de l’exercice et de la mise en œuvre de soi dans la globalité de la présence.

Temps 1 : Le corps mécanique

C’est le temps de l’approche anatomique. La construction de la posture se lit en termes de charpente osseuse, d’articulations et de liens tendineux et musculaires.

On voit la posture debout soumise à l’attraction terrestre et l’on ajuste les tensions entre les forces de redressement et les forces d’enroulement; entre tenir debout ou s’écrouler, se tenir ou s’avachir.

La verticalité organise la stature autour d’un axe virtuel qui nous traverse de part en part.

L’alignement

favorise l’abandon des tensions compensatoires et met en évidence l’inutilité des crispations qui brident la détente et freinent la mobilité.

Debout et Solitaire, On installe la polarisation soleil/terre, tension ascendante vers la lumière et abandon à l’attraction terrestre; la verticalité concilie chute et grandissement.

Corps visible / corps invisible

les centres moteurs “invisibles“ se précisent dans l’appui des pieds qui se prolonge jusqu’à l’articulation coxo-fémorale au creux de l’aine ; sur le sacrum qui initie le redressement vertébral jusqu’à l’occiput et dans le port de tête qui s’ajuste sur l’horizontale des oreilles (plan vestibien) pour projeter le regard à l’horizon.

L’espace s’organise à partir de soi.

Là où l’on est, là est le centre et le départ de l’aventure spatiale.

1. D’abord 3 plans – 3 lectures spatialisées de notre situation.

A – le plan sagittal :

L’axe vertical de notre redressement peut se prolonger jusqu’au centre de la terre (Nadir) ou s’élever jusqu’à l’étoile au Zénith.

Passant de la ligne au plan, la sensation résonne droit devant ou droit derrière.

Derrière, la colonne vertébrale devant, l’axe nez, sternum, nombril témoignent de notre alignement.

Cette vibration médiane s’extériorisera dans le focus, la capacité à centrer notre regard et concentrer nos énergies en un point droit devant, là où le sagittaire vise et pointe sa flèche.

B – le plan latéral ou frontal :

L’axe vertical se fait ligne et plan dans la symétrie gauche et à droite.

L’oreille, l’épaule, la hanche et la cheville se répondent sur la verticale et se prolongeant latéralement dans l’écoute, le bras (main) et jambe (pied).

C – le plan horizontal – comme le sol ou la ligne d’horizon :

Sur un sol plat, les plantes des pied sont au même niveau et cette position équilibrée peut se ressentir aux chevilles, genoux et hanches puis à la taille, aux épaules, aux oreilles et aux yeux.

L’usage distingue 3 niveaux : en-haut torse, épaules et tête; au milieu l’espace du diaphragme, du creux de l ’estomac au nombril et en-bas, sous la ceinture, la bassin.

2. Ensuite, l’espace alentour.

8 directions organisent et résument toutes les directions à l’instar de la rose des vents.

Au centre d’un carré sur pointe, le pratiquant repères 4 directions cardinales; il s’oriente selon son intention vers le nord, le sud, l’est ou l’ouest.

La lumière solaire règle nos aspirations vers le levant ou le couchant, vers la pleine lumière du jour ou les lumières de la nuit.

Au centre d’un carré droit, les angles indiquent les directions diagonales.

L’octogone comme le cercle rendent comptent des 8 directions et , en pratique, je suis le centre, j’avance ou recule, me déplace à gauche ou à droite allant tout droit ou obliquant.

Peu d’effort, beaucoup d’effet !

L’intelligence du geste et l’élégance du mouvement.

Le corps pense et l’aisance vient avec simplicité et économie d’énergie.

L’efficacité vient à-propos, au bon moment, au bon endroit.

La rondeur masque les angles et la ligne droite quand le principe du levier diminue l’effort.

L’élément TERRE

est emblématique de ce temps inaugural.

La Terre planète, la pesanteur, le sol et la prise d’appui.

Mais pas de Terre sans Soleil : SOL I TERRE

Dans ce premier temps

Le solo passe par l’apprentissage formel : posture, appuis, pieds et pas, mouvements et directions.

Le Qigong est dans ses fondations corporelles – étirements, assouplissements et tonification se retrouvent sous l’appellation DaoYin.

Tandis que l’idée de l’arbre inspire l’exercice postural.

L’exercice Duo/duel

présente l’autre comme un obstacle, une force qui résiste ou s’oppose. On vérifiera l’enracinement, la détente, la capacité à recevoir et à donner une force à travers les exercices éducatifs.

Nous nous promènerons donc dans ces repères lors du prochain atelier du 21 janvier 2018

Bienvenue à tous.

12
octobre
2017

S’entraîner avec entrain

S’ENTRAINER ?

C’est choisir sa vie, une vie d’artiste.

artiste, créateur ou inventeur, on se met “à l’oeuvre”.

La maîtrise s’exerce dans geste.

Le geste parce qu’il disparait dès qu’il est achevé est toujours à créer, il est gestation.

Ainsi, l‘artiste est en gestation continue par le geste, il est et travaille sa matière première.

Temps et attention lui sont utiles pour affûter les outils et tenir ouvert le chantier sans s’échouer hâtivement dans une quelconque identité où il se sentirait abouti.

Au présent, Il est capable de dire JE, conscient de soi, de son existence, de sa présence et de son identité mais, paradoxalement, Je est  perpétuellement en train de se faire et de se raconter.

Dans un avenir toujours avenant, il s’imagine et s’invente en se faisant.

 

Le passé nous mène,

nous sommes pétris de croyances, habitudes et de conformisme.

Mais, on peut prendre distance d’avec soi-même et se regarder agir. Cet écart méditatif et réflexif nous fait spectateur de notre fonctionnement puis acteur plus conscient de notre déploiement.

Sortir de l’agitation émotionnelle et réactionnelle n’est pas refuser l’émotion mais assumer son message.

Les émotions ont un sens primitif lié à la survie, les reconnaître, les accepter et les comprendre permet de faire retour vers la complicité  de l’amitié avec soi-même.

Le futur nous emmène : Souviens-toi du futur !

On prend le temps pour écouter, sentir, apprendre et comprendre

On cultive l’attention pour aiguiser les sens et creuser nos ressources

n’oubliant pas que advient aussi ce que nous cherchons à faire advenir.

Le désir est là : bien-vivre et mieux-vivre.

Le plaisir est le moteur du désir, il donne l’énergie pour agir

alors que l’action donne du sens au désir.

La réciprocité, reconnaissance de l’autre comme désir libre fonde le rapport aux autres.

et à présent,

 

Connecte-toi aux forces qui t’habitent et t’entourent.

Il y en a que tu sais, d’autres que tu pressens et d’autres encore que tu ignores : Confiance !

Intégre l’ensemble de tes forces qui s’oppose au morcellement comme à l’éparpillement.

Sens la beauté, réjouis-toi de bien-faire et sens ce qui est bon pour faire fleurir ce que tu aimes.

L’entrainement te tire en avant, vers l’estime de soi.

28
avril
2017

à propos du centrage

ZHONG DING – LE CENTRAGE

Le Centre, centré, centrage, centrale

Que ce soit dans la chorégraphie, l’affrontement ou le quotidien, le CENTRE associe les qualités de présence, de conscience et de disponibilité.

La présence note une position spatiale, une conscience et une disposition interne.

– A l’interne, la présence invite à la conscience. Conscience de son identité, de sa posture, de ses forces et de sa disponibilité.

– Dans l’espace, on occupe physiquement une position mais la conscience inscrit ce point dans un champ relationnel, un champ de forces avec orientations, directions et sens.

Pour moi, il y  a  – devant, derrière, à côté, dessus et dessous ;

en rapport à l’autre, il y a de face, de côté, de dos, plus bas que ou plus haut que.

Dans la relation, il y a proche, éloigné, confort, menace, urgence ou tranquillité…

De la posture centrée : é qui libre = qui est libre

On connaît la référence constante à l’équilibre.

La posture juste est faite d’alignement vertical, de détente et de juste tension.

Le centre étant en même temps centre de gravité lié au bassin, centre du souffle lié au diaphragme ou centre de l’intention lié à la poitrine et à la tête.

Le centre est un lieu d’équilibre dynamique.

L’effet probant du centrage est la disponibilité à ce qui arrive.

Ayant intégré les dimensions de la présence, on est libre de la préoccupation de soi et prêt à… l’imprévu.

La concentration ouverte ne sépare pas interne et externe, la disponibilité accueillante et la mobilisation des énergies.

La position centrale nous met au coeur de la situation.

Du point central partent et arrivent tous les rayons de la roue.

On est à la fois cible et moteur.

Une conscience circulaire joue des 3 plans de l’espace pour gérer les forces adverses – le point central est partout où je suis, il se place et pivote à loisir pour changer les angles, dévier les forces usant de l’effet centrifuge ou centripète.

Pas de centre sans périphérie, pas de cercle sans centre. La roue tourne et la boule roule, le centre reste !

Le centrage invite à se “mettre au centre” de soi et de la rencontre.

Prendre le centre met l’autre en périphérie

Cacher son centre ne donne pas de prise efficace à l’adversaire.

Se centrer c’est trouver sa cohérence, une référence intime qui connecte tous les aspects de notre présence, donne de l’aplomb et du culot, de l’à-propos et de l’aplomb.

Ainsi le centrage devient la clé de l’attitude et du comportement

efficace. JE reste le pilote capable d’accueillir avec souplesse ce qui vient, capable de l’apprécier et de l’évaluer pour agir en accord avec soi et la situation.

Qualité centrale que l’on éveille et éduque dans des vibrations méditatives ou dans la forme, chaque fois qu’on occupe une position cruciale d’où peut naître le changement.

Au centre, on est toujours au commencement !